Lettre du Seigneur Marko Marulić de Split au Souverain Pontife Adrien VI

Dans l’introduction de la Lettre du Seigneur Marko Marulić de Split au Souverain Pontife Adrien VI au sujet des désastres actuels, et exhortation à l'union de tous les chrétiens et à la paix, nous avions mentionné qu’une réédition de cette lettre avait été remise en 1994 à Jean-Paul II en visite en Croatie. Ce document fort intéressant comporte, dans un coffret, un livre avec la reproduction de l’édition de 1522 ainsi qu’un second livret de 108 pages qui contient une introduction de Mgr Ante Jurić, Archevêque de Split-Makarska, un texte du Père Hrvatin Gabrijel Jurišić intitulé A time for re-examination, une présentation de Mirko Tomasović sur Marko Marulić Marul, un article de Darko Novaković sur Marulić and metaphysical dimension of history, la lettre à Adrien VI en latin avec les traductions croates et anglaises. L’ensemble a été édité par Nacionalna i sveučilišna biblioteka (Zagreb), Krščanska sadašnjost (Zagreb), Crkva u svijetu (Split) et Zbornik « Kačić » (Split) et tiré à 1000 exemplaires dont le premier était destiné à Jean-Paul II. On sait que la Croatie, recouvrant son indépendance en juin 1991, fut attaquée par l’Armée fédérale yougoslave aux ordres de Belgrade et que le Vatican fut parmi les premiers états à reconnaître l’indépendance de la Croatie en janvier 1992, d’où la gratitude des Croates envers Jean-Paul II. (La France, pro-serbe, était opposée à une reconnaissance de l’indépendance.) Dans les mots du Père Jurišić : « The only support of a free and independent Croatia is Pope John Paul II, who, like Leo X and Adrian VI, has raised his voice and spoken on behalf of Croatia. » (p. 20).

Epistola


L’introduction de Mgr Jurić, en croate et latin, débute et se termine par ces beaux paragraphes (nous traduisons) :

« Les Croates s’honorent avec justice d’appartenir depuis plus de 13 siècles à la communauté des peuples chrétiens et d’être restés, depuis qu’ils ont accepté le nom chrétien jusqu’à aujourd’hui, fidèles au Saint-Siège et à la promesse qu’ils ont faite lors de leur baptême de ne pas mener de guerre offensive mais de défendre leur terre et leur état ; et le Pape leur a promis en retour l’aide de Dieu et de saint Pierre.

« La nation croate a persévéré pendant de longs siècles, exposée à ceux qui souhaitaient anéantir le nom chrétien en Europe et qui s’efforçaient de lui imposer une autre religion. De même aujourd’hui, elle tient bon contre des systèmes sociaux et politiques qui prennent pour ennemi la religion chrétienne et catholique et la combattent avec acharnement. [...] 

« Les Croates, nonobstant toutes ces calamités de leur histoire, restent fidèles à la promesse jadis faite au Pape, persévérant fortement dans cette foi catholique que nos pères ont professée. C’est pour cette foi et la patrie — « pour la sainte Croix et la liberté en or », comme on dit — qu’un nombre aussi grand qu’inconnu de nos martyrs ont exposé leur vie. Ils étaient toujours bien conscients que notre patrie céleste ainsi que la patrie terrestre, que nous qualifions de très belle dans
l’hymne national, étaient dignes du sacrifice suprême de la vie.

« C’est de cette manière que nous rendons grâces à Dieu pour la terre paternelle qu’il nous a généreusement donnée ainsi que pour la mission qu’il nous assignée dans l’histoire et que, fidèles à nos pères, nous voulons continuer aussi longtemps qu’il plaira au Seigneur notre Dieu. »

asdfasdf