févr. 2010

Devoir de mémoire envers le Pape Pie XII

Notre ami Roger C Saint-André (qui a recomposé le Traité de l’espérance chrétienne) a compilé plusieurs documents sur Pie XII, dont on sait qu’il est injustement accusé de n’avoir rien fait pour les Juifs pendant la guerre. Cette compilation est disponible ici : Devoir de mémoire envers le Pape Pie XII.
Comments

Catholicum lexicon hebraicum et chaldaicum

Nous avons récemment mis la main sur un exemplaire du Catholicum lexicon hebraicum et chaldaicum du chevalier Drach, édité en 1848 par l’abbé Migne. Après sa conversion au catholicisme, Drach déploya son immense érudition avec un zèle remarquable pour la défense de la vraie religion et la conversion de ses frères israélites. La page de titre expose les titres de Drach : Bibliothécaire honoraire de la Sacrée Congrégation de la Propagande, docteur en philosophie et ès-lettres, membre de l'Académie Pontificale de la Religion catholique, de l’Académie des Arcadiens, de la Société Foi et Lumière de Nancy, de la Société asiatique de Paris, professeur de lettres grecques et latines, Chevalier de la Légion d'honneur, de Saint-Grégoire-le-Grand, de Saint-Sylvestre, de Saint-Louis, Mérite civil de Lucques de 2e classe, autrefois Rabbin et docteur de la loi dans la Synagogue et directeur d’école du Consistoire de Paris. Ouf !

Le Lexique catholique, hébraïque et chaldéen des livres de l’Ancien Testament est un gros volume in-4 de près de 1000 pages, basé sur le manuel du rationaliste Wilhelm Gesenius (1786-1842). Drach a expurgé ce manuel de toutes les impiétés rationalistes et anti-messianiques, supprimé les nouveautés inouïes introduites par les protestants, et restitué les vraies interprétations de la Tradition et des Saints Pères de l’Église.


Image 0001Image 0006Image 0018



On ne sait qui mérite le plus de louanges, Drach pour son zèle et son érudition, Migne pour avoir entrepris l’édition d’un livre aussi spécialisé, ou les compositeurs-typographes qui ont composé un tel volume en caractères latins, hébreux, arabes. Chose à peine concevable aujourd’hui, alors que l’édition catholique survit à peine, Migne n’employait pas moins de 500 ouvriers dans ses ateliers de Montrouge ! (Migne et le renouveau des études patristiques, Actes du Colloque de Saint-Flour, 7-8 juillet 1975, édités par A. Mandouze et J. Fouilheron, Paris : Beauchesne, 1985. Ces Actes contiennent notamment un article de Paul Catrice sur L’orientaliste Paul Drach, collaborateur de l’Abbé Migne).

Pour ceux qui veulent récupérer ce monument qu’est le Lexique, Google l’a numérisé : http://books.google.com/books?id=SR0UAAAAYAAJ

Comments
asdfasdf