févr. 2009

Un évêque « grave, quoique jeune et vigoureux »

Les images de Mgr Williamson montrant le poing à un journaliste agressif qui le harcelait nous ont fait penser à un évêque de l’époque des Croisades. C’est dans l’abbé Rohrbacher que l’on peut lire le dialogue entre un musulman et cet évêque « grave, quoique jeune et vigoureux » :

Le chef des Arabes s'avança avec dix-sept des principaux, et entra dans l'enclos qui servait de camp aux chrétiens, laissant à la porte son fils, pour empêcher les autres d'y entrer. Quand il fut monté à la chambre où étaient enfermés l'archevêque de Mayence et l'évêque de Bamberg, l'évêque le pria de prendre tout ce qu'ils avaient et de les laisser aller. Le barbare, fier de sa victoire et irrité de leur résistance, dit que ce n'était pas à eux à lui faire la loi, et, qu'après leur avoir tout ôté, il prétendait encore manger leur chair et boire leur sang, et aussitôt, dénouant son turban, il le mit autour du cou de l'évêque. Le prélat, qui était grave, quoique jeune et vigoureux, ne put souffrir cette indignité, et lui donna un si grand coup de poing dans le visage, qu'il le jeta sur le carreau, criant qu'il fallait commencer par le punir de son impiété, d'avoir mis sa main profane sur un prêtre de Jésus-Christ. Les autres chrétiens vinrent au secours, prirent ce chef et ceux qui l'avaient accompagné, et leur lièrent les mains derrière le dos si serrées, que le sang sortait par les ongles. Le combat recommença avec plus de violence que devant ; mais les chrétiens, pour arrêter l'effort des Arabes, leur présentaient leurs chefs liés, avec un homme l'épée à la main, prêt à leur couper la tête. (Abbé Rohrbacher, Histoire universelle de l’Église catholique, Liège : Imprimerie de J.-G. Lardinois, 1845. Tome 14, pp. 131-133.)

La Bibliothèque Nationale de France a numérisé tout Rohrbacher qui est disponible ici :
Histoire universelle de l'Église catholique / par Rohrbacher ; continuée jusqu'à nos jours par M. l'abbé Guillaume,... ; nouv. éd. par monseigneur Fèvre,...( Voir la liste des volumes )
Comments

Conférence de Mona Mikaël

Mme Mona Mikaël a écrit un livre contre Harry Potter, Harry Potter et l’ordre des ténèbres, publié aux Éditions Saint-Remi (http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20794). Dimanche 22 février prochain à 10h15, Mme Mikaël donnera une conférence sur ce sujet à Montréal (sous-sol de l’Église Saint-Irénée, 3044 rue Delisle, métro Lionel Groulx).

Mona_Mikael
Comments

Découverte sur les ailes de papillon

Dans le but d'améliorer l'efficacité des capteurs solaires (pour produire de l'électricité à partir du soleil), des chercheurs chinois et japonais ont étudié des ailes de papillon (http://www.semiconductor.net/article/CA6636965.html). Ils ont découvert que les ailes sont structurées de façon à absorber et canaliser très efficacement la lumière solaire. Le but est de récupérer le plus de chaleur possible afin que le papillon résiste mieux au froid. Ces chercheurs ont ensuite copié la microstructure des ailes dans leurs capteurs solaires.

Ces recherches sont certainement louables, mais cela nous inspire ce qui suit.

Selon la science officielle, cet arrangement des ailes de papillon est le fruit du hasard, de millions d'années d'évolution. Imaginons donc un papillon primitif, qui souffrait du froid il y a des millions d’années. Vraiment il n'a pas de chance ; il n'a pas de fourrure comme ces singes qui essaient péniblement de marcher debout. Que faire ? S’il ne se protège pas contre le froid, toute l'espèce disparaîtra comme ces dinosaures qui n'ont pas su évoluer. Et bien c’est simple, il va attendre qu'un heureux hasard, une mutation utile, ou tout simplement la nécessité, restructurent ses ailes de façon à absorber efficacement la chaleur du soleil. Le hasard va combiner intelligemment des cellules très réfractives avec d'autres réfléchissantes, la lumière sera canalisée dans les ailes et réchauffera tout le corps du papillon. Par chance, il transmettra ces ailes évoluées à ses descendants, et l'espèce sera sauvée !

Arrêtons là la plaisanterie. Il est évident qu'une intelligence supérieure a conçu l'aile du papillon, et que ni le hasard ni les millions d'années n'y changeront rien. Les scientifiques catholiques, à partir de l'observation des créatures, ont toujours levé les yeux vers le Créateur.

Dans trois ans on fêtera le bicentenaire des contes de Grimm, mais cette année c'est le 200e anniversaire de la naissance de Darwin que le monde célèbre. Nous n'avons encore rien publié sur les fables de Darwin, même si la matière ne manque pas ; nous tâcherons d'y remédier en cours d'année.
Comments
asdfasdf