déc. 2010

Bibliographie en français sur Marko Marulić

Bibliographie en français sur Marko Marulić :
  1. Marulić humaniste européen, Cahiers croates 1-2, Paris : Almae Matris Croaticae Alumni, printemps-été 1997.
  2. Béné (Charles), La réception des œuvres de Marulić dans les provinces du nord, in Colloquia Maruliana, vol. 4, 1995, pp. 49-72. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=15106
  3. Béné (Charles), Henry VIII et Thomas More, lecteurs de Marulić, in Colloquia Maruliana, vol. 5, 1996, pp. 87-106. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=14949
  4. Béné (Charles), Éditeurs de Marulić en terres de la Réforme, in Colloquia Maruliana, vol. 6, 1997, pp. 93-126. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=14690
  5. Béné (Charles), L'Institutio de Marulić revisitée : essai sur les raisons d'un succès, in Colloquia Maruliana, vol. 7, 1998, pp. 145-176. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=41021
  6. Béné (Charles), Études Maruliennes, Le Rayonnement européen de l'œuvre de Marc Marule de Split, Zagreb-Split : Erasmus Éditions et Cercle littéraire de Split Marulianum, 1998.
  7. Béné (Charles), L'Institutio et la censure, in Colloquia Maruliana, vol. 8, 1999, pp. 5-32. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=13787
  8. Béné (Charles), Marulić, maître de vie chrétienne dans une Europe en crise, in Colloquia Maruliana, vol. 9, 2000, pp. 95-114. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=13035
  9. Béné (Charles), John Fowler, éditeur de l'Institutio de Marulić, in Colloquia Maruliana, vol. 9, 2000, pp. 329-355. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=45671
  10. Béné (Charles), Mirko Tomasović : Marko Marulić Marul, in Colloquia Maruliana, vol. 9, 2000, pp. 497-499. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=13197
  11. Béné (Charles), Branko Jozić – Bratislav Lučin : Bibliografija Marka Marulića. Prvi dio: Tiskana djela (1477-1977), in Colloquia Maruliana, vol. 9, 2000, pp. 502-504. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=13199
  12. Béné (Charles), Marulić et Érasme, lecteurs de saint Jérôme, in Colloquia Maruliana, vol. 10, 2001, pp. 29-46. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=4085
  13. Béné (Charles), La Judith d'Anne d'Urfé, a-t-elle un lien avec celle de Marulić ?, in Colloquia Maruliana, vol. 11, 2002, pp. ,121-136. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=12217
  14. Béné (Charles), L'Evangelistarium, maître-livre de Marulić, in Colloquia Maruliana, vol. 12, 2003, pp. 5-22. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=1309
  15. Béné (Charles), Échanges universitaires dans l'Europe humaniste : l'exemple de la Croatie, in Les échanges entre les universités européennes à la Renaissance, édité par Michel Bideaux et Marie-Madeleine Fragonard, Droz, 2003, pp. 269-278.
  16. Béné (Charles), Marulić et Louis de Grenade, modeles du Sanctosno, in Colloquia Maruliana, vol. 13, 2004, pp. 159-177. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=12149
  17. Béné (Charles), L'œuvre de Marulić en Europe centrale : première approche du Cesta do nebe de S. Lomnicky (Prague, 1612), in Colloquia Maruliana, vol. 14, 2005, pp. 251-273. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=13640
  18. Béné (Charles), Encore une traduction de Marulić : Die himmlische Weissheit (La Sagesse Céleste), in Colloquia Maruliana, vol. 15, 2006, pp. 5-13. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=4687
  19. Božićević (Franjo), Vie de Marko Marulić de Split, traduction par Ivan C. Kraljić, Bibliothèque Saint Libère, décembre 2009. http://www.liberius.net/livre.php?id_livre=692
  20. Dunn-Lardeau (Brenda), L'originalité de l'écriture hagiographique humaniste et pré–tridentine dans le De bene beateque vivendi institutione per exempla sanctorum (1498) de Marko Marulić, in Colloquia Maruliana, vol. 10, 2001, pp. 63-76. http://hrcak.srce.hr/index.php?show=clanak&id_clanak_jezik=4094
  21. Košuta (Leo), Fortune et infortunes d'un livre de Marko Marulić : le ‘De institutione bene vivendi per exempla sanctorum’ (Venise 1507), in Les Croates et la civilisation du livre, Croatica Parisiensia, Actes du 1er Symposium international d'études sur l'aire culturelle croate, Henrik Heger et Janine Matillon, Paris : Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1986, pp. 55-66.
  22. Marule (Marc), Les Vies, faicts et dicts memorables des saincts et sainctes, tant du vieil que du nouveau Testament : par Exemple desquels un chacun pourra apprendre à sainctement vivre, afin de parvenir à la beatitude eternelle : le tout avec tesmoignages des sainctes Escritures, mises en François du Latin du bon pere Marc Marule homme zelé, & de grande doctrine, par R.P. en Dieu Geoffroy de Billy, Abbé de S. Vincent lez Laon, Paris : Guillaume Chaudière, 1587.
  23. Marulić (Marko), La Judith, traduit du croate par Charles Béné, Zagreb : Most/Le Pont, 2002.
  24. Marulić (Marko), À la Vierge Marie (Divici Mariji), traduit du croate par Silvija Šajnović et Ivan C. Kraljić, Bibliothèque Saint Libère, 21 août 2009. http://www.liberius.net/article.php?id_article=187
  25. Marulić (Marko), Sur les souffrances de Jésus-Christ (Od muke Isukrstove), traduit du croate par Ivan C. Kraljić, Bibliothèque Saint Libère, 11 septembre 2009. http://www.liberius.net/article.php?id_article=199
  26. Marulić (Marko), Prière contre le Turc (Molitva suprotiva Turkom), traduit du croate par Silvija Šajnović et Ivan C. Kraljić, Bibliothèque Saint Libère, 12 septembre 2009. http://www.liberius.net/article.php?id_article=200
  27. Marulić (Marko), Plainte de la ville de Jérusalem suppliant le Pape de réunir les seigneurs chrétiens pour la délivrer des mains des infidèles, traduit du croate par Silvija Šajnović et Ivan C. Kraljić, Bibliothèque Saint Libère, 28 octobre 2009. http://www.liberius.net/article.php?id_article=217
  28. Marulić (Marko), Lettre du Seigneur Marko Marulić de Split au Souverain Pontife Adrien VI au sujet des désastres actuels, et exhortation à l'union de tous les chrétiens et à la paix, traduction par Ivan C. Kraljić, Bibliothèque Saint Libère, 24 février 2010. http://www.liberius.net/article.php?id_article=229
  29. Marulić (Marko), Dédicace de Marko Marulić au très digne révérend Père dans le Christ Jerolim Čipik, traduit du latin par Ivan C. Kraljić, Bibliothèque Saint Libère, 28 décembre 2010. http://www.liberius.net/article.php?id_article=266
  30. Marulus (Marc), Le thresor des faictz et dictz memorables des hommes illustres du vieil et nouveau testament, pour servir d’exemples à bien & sainctement vivre avec un Traicté tres-excellent du Jugement dernier, recueillis premierement en six livres Latins, mis en François par Paul du Mont, Douysien, Douay : Imprimerie de Jean Bogart, 1585.
  31. Tomasović (Mirko) : Marko Marulić – Marcus Marulus, traduit de l’italien par Charles Béné, avant–propos de Bratislav Lučin, Split : Književni krug Split – Marulianum et Paris : Almae Matris Croaticae Alumni, 1996. http://sites.google.com/site/markomarulicsplicanin/home/Tomasovic_MarkoMarulic_fr.pdf
Comments

Le cardinal Pie était-il adversaire du gaumisme ?

Dans la querelle des classiques réveillée par Mgr Gaume au milieu du XIXe siècle, plusieurs évêques soutinrent publiquement le vicaire de Nevers dans sa lutte contre la prépondérance des classiques païens, les plus connus étant Mgr Gousset et Mgr Parisis en France, Mgr d’Avanzo et Mgr Filippi en Italie. Ils étaient tous par ailleurs ennemis du libéralisme catholique, comme Mgr Gaume. Les évêques anti-gaumistes, Mgr Dupanloup et Mgr Landriot en tête, étaient à l’opposé catholiques libéraux ou sympathisants.

Il est un grand nom d’évêque qui n’apparaît pas de manière tranchée dans la querelle : celui du cardinal Pie, évêque de Poitiers. Daniel Moulinet, dans sa thèse sur Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Mgr Gaume (Cerf, 1995), le qualifie de « modéré » sur la question des classiques (p. 459).
Cardinal Pie 2


Mgr Pie écrivait à Mgr de Salinis le 16 juillet 1852 : « Il se trouve qu'après vingt ans écoulés, vous pouvez avouer tout ce que vous avez dit alors sur la question que certaines gens s'imaginent avoir fait naître depuis quelques mois. J'ai lu avec un grand intérêt ce remarquable discours. » (Abbé de Ladoue, Vie de Mgr de Salinis, p. 506.) À supposer que « certaines gens » désignait l’abbé Gaume, pourquoi Mgr Pie était-il si méprisant envers lui ? C’est un fait que de Salinis avait abordé la question des classiques dès 1832, et était lui aussi modéré : « Si une éducation qui ne nourrit l'enfance que d'études païennes, est essentiellement incomplète et peut devenir fatale, ce serait une grande erreur aussi que de méconnaître la place importante qui appartient à l'antiquité dans les études classiques. » (p. 113). Mgr Pie approuve donc ce juste milieu entre classiques chrétiens et classiques païens.

Voici un autre indice. Mgr Baunard rapporte du jeune Édouard Pie ce qui suit : « Epris de la poésie latine, il savait Virgile par cœur, et c'est de lui principalement qu'il emprunta, croyons-nous, cette grâce harmonieuse qui est une des plus belles qualités de son style. » (Mgr Baunard, Histoire du cardinal Pie, tome 1, p. 24.) Si Mgr Pie a lu Le ver rongeur, il a dû fort peu goûter de voir Gaume citer saint Ouen qualifiant Virgile de « poëte criminel » (pp. 69-70).

Le très antilibéral Mgr Pie nétait donc pas gaumiste ? Quel programme d’études instaura-t-il dans son diocèse ? Ce sont des questions qui nous intéressent mais le temps nous manque pour faire des recherches. Si quelque lecteur a des éléments de réponse, nous lui saurions gré de les communiquer.
Comments

Lettre du Seigneur Marko Marulić de Split au Souverain Pontife Adrien VI

Dans l’introduction de la Lettre du Seigneur Marko Marulić de Split au Souverain Pontife Adrien VI au sujet des désastres actuels, et exhortation à l'union de tous les chrétiens et à la paix, nous avions mentionné qu’une réédition de cette lettre avait été remise en 1994 à Jean-Paul II en visite en Croatie. Ce document fort intéressant comporte, dans un coffret, un livre avec la reproduction de l’édition de 1522 ainsi qu’un second livret de 108 pages qui contient une introduction de Mgr Ante Jurić, Archevêque de Split-Makarska, un texte du Père Hrvatin Gabrijel Jurišić intitulé A time for re-examination, une présentation de Mirko Tomasović sur Marko Marulić Marul, un article de Darko Novaković sur Marulić and metaphysical dimension of history, la lettre à Adrien VI en latin avec les traductions croates et anglaises. L’ensemble a été édité par Nacionalna i sveučilišna biblioteka (Zagreb), Krščanska sadašnjost (Zagreb), Crkva u svijetu (Split) et Zbornik « Kačić » (Split) et tiré à 1000 exemplaires dont le premier était destiné à Jean-Paul II. On sait que la Croatie, recouvrant son indépendance en juin 1991, fut attaquée par l’Armée fédérale yougoslave aux ordres de Belgrade et que le Vatican fut parmi les premiers états à reconnaître l’indépendance de la Croatie en janvier 1992, d’où la gratitude des Croates envers Jean-Paul II. (La France, pro-serbe, était opposée à une reconnaissance de l’indépendance.) Dans les mots du Père Jurišić : « The only support of a free and independent Croatia is Pope John Paul II, who, like Leo X and Adrian VI, has raised his voice and spoken on behalf of Croatia. » (p. 20).

Epistola


L’introduction de Mgr Jurić, en croate et latin, débute et se termine par ces beaux paragraphes (nous traduisons) :

« Les Croates s’honorent avec justice d’appartenir depuis plus de 13 siècles à la communauté des peuples chrétiens et d’être restés, depuis qu’ils ont accepté le nom chrétien jusqu’à aujourd’hui, fidèles au Saint-Siège et à la promesse qu’ils ont faite lors de leur baptême de ne pas mener de guerre offensive mais de défendre leur terre et leur état ; et le Pape leur a promis en retour l’aide de Dieu et de saint Pierre.

« La nation croate a persévéré pendant de longs siècles, exposée à ceux qui souhaitaient anéantir le nom chrétien en Europe et qui s’efforçaient de lui imposer une autre religion. De même aujourd’hui, elle tient bon contre des systèmes sociaux et politiques qui prennent pour ennemi la religion chrétienne et catholique et la combattent avec acharnement. [...] 

« Les Croates, nonobstant toutes ces calamités de leur histoire, restent fidèles à la promesse jadis faite au Pape, persévérant fortement dans cette foi catholique que nos pères ont professée. C’est pour cette foi et la patrie — « pour la sainte Croix et la liberté en or », comme on dit — qu’un nombre aussi grand qu’inconnu de nos martyrs ont exposé leur vie. Ils étaient toujours bien conscients que notre patrie céleste ainsi que la patrie terrestre, que nous qualifions de très belle dans
l’hymne national, étaient dignes du sacrifice suprême de la vie.

« C’est de cette manière que nous rendons grâces à Dieu pour la terre paternelle qu’il nous a généreusement donnée ainsi que pour la mission qu’il nous assignée dans l’histoire et que, fidèles à nos pères, nous voulons continuer aussi longtemps qu’il plaira au Seigneur notre Dieu. »

Comments
asdfasdf